Le rôle de la femme d’aujourd’hui

Regina Ioannou

La responsabilité de la femme devient de plus en plus lourde. À votre avis, quels seraient les moyens de pouvoir soutenir nos femmes dans leur rôle ?

Il est vrai que la femme d’aujourd’hui doit répondre simultanément à de multiples devoirs. Pour pouvoir porter un jugement éclairé sur cette question, il faudrait analyser quel est le « vrai rôle »qui doit être attribué à la femme du 21ème siècle.

Pour illustrer ma position, j’aimerais citer un des plus grands écrivains russede notre histoire ; – Leo Tolstoy – qui disait :<Femmes, c’est vous qui tenez dans vos mains le salut du monde.>

Aujourd‘hui on parle beaucoup de réforme. Avec chaque nouvelle réforme, les charges de la femme deviennent de plus en plus imposantes ; comme si elle n’a pas déjà assez sur ses épaules. Pour pouvoir mieux comprendre ce phénomène, on doit différencier entre deux grandes catégories de femmes.

Il y en a celles, qui se dévouent entièrement à leur carrière et n’ont, très souvent, pas d’enfants. On peut les trouver dans tous les domaines à travers notre histoire. Est-ce que Evita Perón aurait eu une carrière aussi prestigieuse si elle avait eu des enfants ?

L’autre groupe de femmes, majoritaire dans notre société, est constitué de celles qui assument un double rôle. Premièrement, elles prennent en charge la reproduction de notre race en élevant des enfants, et deuxièmement elles poursuivent en même temps leur travail pour des raisons économiques. A ce groupe appartiennent aussi les femmes qui sont soit parents isolé soit veuve, bref : toute femme qui élève ses enfants toute seule. C’est là où très souvent commencent les problèmes !

À l’époque des familles nombreuses, le rôle de la grand-mère consistait à préparer la jeune femme pour son futur rôle de mère. Aujourd’hui, comme les familles nombreuses n’existent pratiquement plus, la jeune mère semble devoir se débrouiller toute seule pour maintenir le ménage, la famille et en plus élever les enfants. Mais non, cela ne devrait pas être le cas ! La femme a le droit – je dirais même, elle a le devoir – si elle veut réussir dans son mariage ; d’intégrer le mari et futur père à tout ce qui se passe, et ceci dès la période de la grossesse.Pourquoi si tôt  en tant que parent, notamment, parce qu’à nos jours, la vie en générale et encore plus, la vie en tant que famille, devient de plus en plus difficile? Ici, je fais un petit détour pour souligner l’importance du rôle de l’homme :

Cela lui permettra d’établir une affection paternelle avec son futur bébé. Il faut quand même savoir que le père   < idéal > ne se fait pas au bout d’une nuit, il prend du temps. Donc, une femme intelligente lui accordera ce temps pendant la grossesse. En même temps, la femme profitera de la protection de son mari en tant que < chef de la famille >, un rôle qu’il apprécie généralement, et qui ne diminuera pas du tout le rôle de la femme en tant que mère.

Avec son talent féminin, la femme doit donc intégrer diplomatiquement son mari aux devoirs familiaux parce que ce sont les parents qui jouentle rôle de modèle pour leurs enfants. À partir du moment où les enfants sont assez grands, il est important, selon leur âge et leurs compétences, de leur octroyer aussi des petites responsabilités à la maison. Cela leur donnera des repères pour leur futur, et en même temps, ils développeront une personnalité très solide. Le respect envers la famille, la responsabilité de soi-même et la personnalité font partie de l’éducation familiale.

Mais rappelons-nous ici de Mary Wollstonecraft, née en Angleterre en 1759, fondatrices de la philosophie féministe, et qui soutenait – dans son livre sur la défense des droits de la femme – que si les femmes sont inférieures aux hommes, c’est là une injustice non pas liée à la nature mais résultant du manque d’éducation appropriée auquel elles se trouvent soumises.

Le statut si critique de la femme ne serait donc pas uniquement de son fait, mais bien d’un manque social et public de considération ? Si tel est le cas, ne serait-ce pas au législateur de poser ouvertement la reconnaissance de l’égalité de la femme ? Car tout n’est pas toujours lié aux performances de la matrone.

Un autre point très essentiel est l’environnement social. La communauté dans laquelle l’enfant va grandir joue un rôle très important pour le développement de celui-ci. Une communauté doit mettre à la dispositiondes écoles ou des endroits appropriés pour que les enfants puissent jouer et améliorer leurs connaissances sociales. En ce qui concerne les mères, il doit avoir des écoles ou des institutions d’apprentissage où elles peuvent échanger et en même temps de approfondir leur connaissances.

Au niveau du plan gouvernemental, il serait souhaitable de proposer des lois permettant à l’un des parents de travailler à mi-temps, avec des heures flexibles, sans avoir peur de perdre ni leur travail ni leurs acquis sociaux. Cela permettra au jeune parent de consacrer plus de temps à son enfant pendant la période la plus importante, les quatre premières années. De l’autre part, cela permettra à l’enfant d’établirune relation très solide avec les parents.

Pour conclure, la femme – selon leur savoir-être, leurs compétences générales, notamment sa diplomatie féminine, a tout pour se mettre à la même hauteur que les hommes.

A notre époque, on devrait davantage discuter de l’inégalité des femmes par rapport aux hommes et de l’intégration de ceux-ci dans l’intégration de la structure familiale. Pourquoi ne pas se lancer dans la réforme au lieu de perdre du temps à en parler.

Share

Life In Balance - The Four-Pillar Approach

Oops! We could not locate your form.

Category